«

»

Patrimoine

LA LONGUEVILLE

Les armoiries de la Commune :

Image associée

D’azur semé de billettes d’argent, au lion du même, armé et lampassé de gueules, brochant le tout. (blason sur la couverture du livret).

 

 

 

 

Son Histoire :

La Longueville se situe sur des 7 voies romaines (Chaussée Brunehaut autour de Bavay, l’actuelle RN 49 mise à 2 voImage associéeies.

La commune est située à 5 Km du Chef lieu du canton (Bavay), à 6 Km d’Hautmont, 9 Km de Maubeuge, 25 Km de Valenciennes et 75 Km de Lille. La commune est arrosée par l’Hogneau et le ruisseau de l’Airette.

Population municipale : 2 158 hab (2014)

La Longueville n’a rien gardé de son passé : occupée sans doute dès la Préhistoire, sûrement lors de la période gallo-romaine (50/260 de notre ère), présence d’un culte attesté de Sainte Aldegonde au VII ème siècle.

Chef lieu d’une des douze Prairies du Hainaut au XI ème siècle, toutes ces traces disparu ycompris celles du château déjà en ruines avant la Révolution.

Résultat de recherche d'images pour "la longueville"

  Mairie

De village surtout agricole avec une centaine de fermes encore en 1940 (contre 18 aujourd’hui) vivifié entre 2 guerres par l’industrie, puis gagné par la rurbanisation après 1973.

Les aspects géographiques :

Le territoire de La Longueville s’étend sur le plateau hennuyer composé de sable landéniens (tertiaire) recouverts de limon des plateaux (terre à briques) qui donne des sols lourds.

Son altitude varie de 141 à 160m. La commune est arrosée par l’Hogneau qui prendra sa source au Bois Delhaye au sud et reçoit au niveau du Pont Poirette le ruisseau Sainte Aldegonde (Patronne de la commune) qui sourd de la fontaine du même nom, puis se jette dans la Haine en Belgique.

La superficie de la commune est de 1764 hectares dont 544 de bois, le reste est partagé entre des pâturage et des terres labourables qui ont tendance à s’étendre au détriment des herbages.

Vu du ciel La Longueville présente le double aspect d’un village de bocage à l’origine, avec un habitat groupé au chef lieu et dispersion dans plusieurs hameaux et écarts.

La Commune ne présente pas de cachet touristique particulier, victime qu’elle fut des bombardements de  Tour crénellée à La Longueville.1940. Toutefois subsistent quelques belles maisons et fermes du 18ème siècle, un très beau moulin (Moulin au Bois – voir ci-dessous) du 18ème siècle reconstruit en 1846.

Le chœur de l’église est peut-être du 15ème siècle, plusieurs objets classés, elle est dédiée à Sainte Aldegonde. Le Presbytère se trouve au numéro 23 de la rue de Mons.

La Mairie, l’Église, la Salle des Fêtes se trouve au centre du village.

Toutefois les responsables de la reconstruction eurent le mérite (ce ne fut pas le cas partout) de conserver les matériaux traditionnels que sont la brique et la tuile, pour élever les nouveaux immeubles auxquels ils ont conservé les volumes de ceux qu’ils remplaçaient, ce qui confère tout de même à la place et à son environnement un certain cachet.

Occupée à l’époque romaine, la commune était traversée par l’aqueduc qui alimentait à cette époque Bavay (Bagacvm) en eau.
On y relève la présence d’un château très ancien, démoli presque complètement au commencement du XVIIIe siècle. En 1765, il n’en restait plus qu’une tour et quelques bâtiments convertis en ferme. Paroisse déjà en 1186 et collation de la cure accordée au chapitre de Maubeuge par bulle de 1310.

Les maisons de la commune se regroupent d’abord en chef lieu autour de la place (Mairie) et le long des rues principales : rues de Bavay, de Mons, Maxime Quévy , de la Gare, des Chasseurs à pieds (là où se trouve la zone industrielle avec une dizaine d’entreprises), la rue Pasteur (ancien chemin de La Longueville à Bavay avant le rattachement de notre région au Royaume de France en  1678). Ensuite en Hameaux : Les lanières, Le Gros Chêne, Les Mottes et Malgarni. Enfin les écarts comme les Petites Mottes, le

Château de Bassus (Château blanc), le baron Vinaigre. Toutefois le développement de l’habitat ces dernières années tend à relier plusieurs hameaux ou écarts au Centre, ainsi la rue de Pont sur Sambre.

Avec le Plan d’urbanisme élaboré dans les années 1980, on vit s’élever dans la partie sud-est du village plusieurs résidences : Clos des Charmes (3ème âge), les Châtaigniers, Les Merisiers, Square Noël

Résultat de recherche d'images pour "Clos des charmes 59570 la longueville"

Le clos des Charmes

Auquiert (nom d’un jeune longuevillois tué pendant la guerre d’Algérie) qu’avait précédé la résidence Les Cytises rue de Mons.

 

 

 

 

Monuments historiques et bâtiments protégés de La Longueville

Le Moulin à farine

Une inscription portée, nous indique que le moulin a été construit en 1796 par Isidore PREVOST.

Son appellation « Moulin au Bois » ainsi qu’une mention en archives permet de penser qu’il fut peut-être, à sa construction, une scierie.

Il est repris et rehaussé par Isidore PREVOST fils en 1847. En 1885, la règlementation du moulin à blé est demandée par M LECLERCQ. Vers le début du XXème siècle, il est repris par la famille GABET qui en est

   Moulin au Bois                                                       

toujours propriétaire.

Il cesse la mouture de farines alimentaires (blé, orge) vers 1961 mais continue alors de fournir de la farine pour le bétail.

Le moulin a conservé son mécanisme, ses 3 paires de meules, divers équipements comme un nettoyeur à grains, un aplatisseur (pour l’orge) et une mélangeuse. Sa roue hydraulique verticale, d’environ 2.60m de hauteur et 1.80m de largeur, alimentée par le haut, a été refaite en métal par le LEP de MAUBEUGE, en 1980.

Type : Inventaire général du Patrimoine Culturel
Époque : limite 18ème / 19ème siècle ; milieu 19ème, 20ème siècle
Année de construction : 1796, 1847, 1980
Maître d’œuvre inconnu

Lieux et Monuments

  • L’église Sainte-Aldegonde du XVIe siècle-XVIIIe siècle, avec une statue du Christ en croix du XVIe siècle, une chaire à prêcher en bois taillé et une dalle funéraire datée 1773.

  • Le calvaire du XVIIIe siècle, chapelle les Lanières, oratoire Notre-Dame du Rosaire.

  • Le moulin du bois, moulin à eau de 1796, probablement à l’origine une scierie, puis moulin à farine.

  • Quelques fermes avec un pigeonnier.

  • Bois Delhaye, bois dit Le Chêne Croiseau, bois dit Le Grand Planty.

  • Le cimetière communal de La Longueville héberge six tombes de guerre de la Commonwealth War Graves Commission, de soldats tombés à la libération en novembre 1918

 

la_longueville_eglise_chairela_longueville_eglise

L’église Sainte-Aldegonde du XVIe siècle-XVIIIe siècle, avec une statue du Christ en croix du XVIe siècle, une chaire à prêcher en bois taillé et une dalle funéraire datée 1773.

 

 

 

 

Le Mémorial Patton

 

William Wiatt PATTON JR, plus connu sous le nom affectif de « Junior » est né le 10 janvier 1918 à Stella dans le Missouri.

grandissant dans la ferme familiale de Granby près de Stark city, il est le fils de William W PATTON Senior et de Rhoda F PATTON. Il est l’aîné des trois enfants du couple.

Le Jeune William, qui poursuit une scolarité brillante, se montre particulièrement doué. En 1930, à l’âge de 12 ans, il reçoit un certificat d’honneur de l’école de Neosho. Il raffole des bananes recouvertes de crème glacée. Très vite, une passion commence à naître en lui les avions. Passion qui lui écrira un destin court et intense.

http://fortdeleveau.fr/memorial-patton

 

SITUATION GEOGRAPHIQUE

Le Pays de Mormal est un territoire aux patrimoines naturels et culturels d’exception. Porte d’entrée du Parc Naturel Régional de l’Avesnois, son paysage bocager est une invitation à la découverte.

 

Image associée